Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2017

France Bleue Hérault - Une substance toxique inconnue déversée par erreur à Frontignan

Une substance toxique inconnue déversée par erreur à Frontignan

Par Marion BargiacchiFrance Bleu Hérault et France BleuJeudi 16 novembre 2017 à 18:47

Une voiture garée dans la rue ne peut pas être déplacée, recouverte de boue toxique.
Une voiture garée dans la rue ne peut pas être déplacée, recouverte de boue toxique. © Radio France - Marion Bargiacchi

Mardi, un camion chargé d'une substance toxique a fait une mauvaise manœuvre et a déversé son chargement au milieu de la zone d'activité Mas de Klé II à Frontignan (Hérault). Personne n'est en mesure de dire ce qu'est ce produit ni quelle est l'ampleur de la pollution.

Mardi 14 novembre aux alentours de 14h, un camion s'est trompé de route à Frontignan. Au lieu de se rendre à la Scori, l'usine de traitement des déchets, pour faire traiter son chargement, il se perd à quelques rues, dans la zone Mas de Klé II.

 

Au moment de faire demi-tour dans une rue en pente, le conducteur déclenche l'ouverture de sa benne au lieu d'un système de frein. Cinq mètres cubes d'hydrocarbures toxiques se déversent alors dans la rue.

Personne ne sait exactement ce qu'est cette substance sinon des restes d'hydrocarbure qui venaient de l'usine Total de la Mède. L'odeur était nauséabonde, impossible d'ouvrir les fenêtres. Les salariés du secteur se sont plaints de maux de tête et de nausées.

Les trottoirs en béton se soulèvent

L'olivier planté sur le trottoir baigne dans une sorte de mélasse noire. Au niveau des racines, le béton "a explosé". Annie Antoni est la directrice de Aj Bâti Sol, elle constate : "Quelque chose s'est infiltré en dessous, le béton s'est soulevé."

Impossible pour Annie de savoir quel produit s'est propagé dans le sol, "apparemment, personne ne sait ce que c'est ! Au sol, ça ressemblait à un magma, des résidus d’hydrocarbure, mélangés avec de la terre, du sableLe soir même, des équipes sont venues nettoyer, à grands jets d'eau. Puis ils ont posé du sable absorbant."

À gauche, un arbre sain, à droite l'arbre inondé par la boue toxique. - Radio France
À gauche, un arbre sain, à droite l'arbre inondé par la boue toxique. © Radio France - Marion Bargiacchi

Inquiétude pour l'étang de Thau

Ce qui inquiète Annie c'est l'étang de Thau à une centaine de mètres plus bas. "On nous a dit qu'ils allaient poser des boudins au niveau de nos évacuations d'eau et des pompes."

L'odeur nauséabonde a disparu mais les traces de boues sont encore ancrées dans le sol. Annie ne veut mettre en cause personne, mais elle aimerait que "les gens se bougent. On ne peut pas laisser cette pollution se déverser dans l'étang. Il y a des infiltrations de ce produit partout dans le béton, à la moindre pluie il va s'écouler dans l'eau en contrebas."

L'étang de Thau est situé à cent mètres en contrebas. - Radio France
L'étang de Thau est situé à cent mètres en contrebas. © Radio France - Marion Bargiacchi

Ni Total, ni le transporteur, ni la Scori sensée traiter ces boues ne prennent le dossier en main. La mairie ne peut rien faire car c'est une voie privée. La Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) explique c'est un problème de transport qui n'est pas de son ressort, ni de celui de la Scori.


Annie Antoni a peur pour l'étang de Thau.


Midi Libre :

MidiLibre20171120%20SCORI%20Article%20Principal.jpg width=600

MidiLibre20171120%20SCORI%20Article%20Principal.jpg width=600

12:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire